Rush de clôture

Publié le par Trajectoires

Très gros soir en vue. Le dernier des fêtes de la Madeleine. S'il est aussi fou que celui de samedi, il faut être prêts.

On a eu la trouille, samedi. Techno qui lave le cerveau et beaucoup de défonce, ça donne une ambiance violente.

La régie a conçu une place "spécial jeune". Entendre par là D.J en continu, boîte de nuit géante en plein air. Cliché, sans doute. Je crois que quelques interviews des intéressés enrichiraient l'idée de départ.

Ils veulent tous m'envoyer au lit pour assurer la longue nuit suivie du démontage. Moi aussi, d'ailleurs, je m'enverrai bien au lit, mais il faudrait que le téléphone arrête de sonner et que j'aie la tête moins pleine...

Maxime a achevé la distribution du journal, sous un soleil de plomb, et c'est lui qui me dit "bon courage".

Charlotte a trouvé une autre Charlotte en renfort et les deux sont déjà à la mise en place.
Philippe est au garde-à-vous, plan en tête. Il veut que ça marche et ça marchera.

Anthony est à deux doigts de nous poser un lapin, comme d'hab'. Va falloir grandir coté logistique, Anthony !
Si j'interprète façon modern'psy, je me dis qu'il a la trouille ou ne parvient pas à s'impliquer. Si je reste moi, je me rappelle qu'il suffit de lui proposer un matelas ici, avec les autres. Grouille-toi, on t'attend !

Ben nous a rejoint. Jeté dans la fosse au pied levé, il ressemble d'abord à un gosse devant son prof. C'est vrai que j'en impose avec mes consignes draconiennes.
Contraintes de départ sont reines de liberté : il percute vite, ça marche.

Orianne et Damien récupèrent : nos piliers d'équipe.
Deux gosses qui ne se sont pas encore bien rendus compte qu'ils se sont appropriés la bodéga,ses enjeux, ses tireuses et ses verres consignés et qu'à eux seuls ils assurent comme des bêtes.
Ils en sont au stade de brieffer les autres, de transmettre leurs acquis et leur bilan, entre deux énormes pelles ! Ben oui, ils s'aiment, ces petits !

Ils me font penser à cette récurrente question que je rencontre dans mon métier de consultante : "comment fait-on pour motiver et responsabiliser ?"
On insuffle, c'est tout. On travaille sur le terreau.
Montrer le cap visé, accepter qu'il y en ait un différent, offrir la transparence des pourquoi et laisser agir sur les comment, avoir le courage d'avoir peur, et prendre pour soi les ratés. Féliciter le risque, mobiliser son énergie à s'adater. Non à formater.

C'est avec les adultes que c'est difficile.
Quel levier les fait agir ? Les motivations ne sont pas limpides.
Se plier à des consignes, sans interprétation ou croyance du type "c'est pas vrai", "ça marche pas comme ça".
Frappante différence dans le fonctionnement :
Le jeune me demande pourquoi, le vieux plaque son schéma sur ce qu'il voit et juge par la négative.
Le premier est taxé d'irréalisme, le second se veut cartésien et analyse... le sommet de son iceberg.
Est-ce que cela vient de ceux qui composent mon équipe, ou est-ce généralisable ? Je l'ignore.
Respecter une charte collective, comprendre le positionnement de Trajectoires et porter le "festayre au comportement durable" ... pas évident de dire à un type de 53 ans que je le vire parce qu'il est ivre mort au comptoir, mais il faut !

Nous apprenons ensemble.
Ceux qui râlent avec nos baso berri, ceux qui veulent les collectionner ou déjà les revendre sur e-bay.
Les éthylotests : nous avions peur de passer pour des moralistes, les festayres nous disent "s'il te plaît, est-ce que je pourrais en avoir un ?"
Ca souffle, ça rigole devant le réactif qui vire au vert fluo, mais ça passe à la "pur malt".
Les préservatifs : ne pas en donner sans réfléchir au jeune filou qui n'a pas encore le consentement de sa dulcinée. Fichtre, ça nous a fait un déclic ! On n'aurait jamais pensé que la prévention irréfléchie puisse inciter à du néfaste.
Charlotte a un super réflexe : "tu sais t'en servir ?" Vue la mine, heu.. oui, enfin sauf quand ...un peu de conseil aidera.

Tout ça n'empêche pas de continuer à sauter dans tous les sens sur la musique et à faire couler les tireuses. Tiens, j'avais entendu qu'on ne peut pas mélanger les registres avec le festayre cuitard !

On se lâche à Trajectoires, et on se fait des fidèles. On n'a plus de voix, plus de pieds, plus aucun sens des horaires, mais qu'est-ce qu'on construit !

Bravo les d'jeun's ! Merci, ceux qui ne le sont plus tout à fait. Bienvenue à ceux qui auront envie de nous rejoindre.

Publié dans Bodéga 2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Robert 30/07/2009 22:08

J'ai trouvé votre action trés riche et élaborée. Osée, aussi, pour se lancer pendant des fêtes.  Je travaille sur l'insertion et je respecte beaucoup votre démarche d'ouverture et de prise de risque. Vous vous êtes aventurée sur un terrain de chasse gardée avec brio. Je mesure combien cela repose sur votre énergie personnelle, pour faire fonctionner ensemble et dans l'amusement une si grosse équipe. Bravo à vous, chapeau bas. Nous aurons peut-être bien des choses à faire ensemble; à voir ?

Odile 31/07/2009 11:55


Merci pour ce regard attentif.
Oui, cela repose beaucoup sur l'énergie personnelle pour aboutir. Le travail parallèle étant de la transmettre le plus rapidement possible (se rendre dispensable !).
Fonctionner ensemble ? Trajectoires aime les "pourquoi pas" !
A bientôt ?


Lucas 30/07/2009 13:22

Une remarque : ce que vous avez fait ne laisse personne indifférent. y'a ceux qui ont adoré, ceux qui se demandent d'où vos sortez, ceux qui râlent car vous êtes nouveaux, j'ai entendu des jaloux (bouhhh), j'ai croisé des fans. on a tous remarqué la récup' des élus (festayre, ça s'apprend...). c'est dommage qu(on vous catalogue qu'avec les jeunes, parce que vous étiez les seuls justement à mélanger les générations, et il fallait oser !  si j'osais, je dirai presque que vous faites le boulot le plus évident de tous : communiquer intelligemment. ne vous arrêtez pas là !

Tonyblue 23/07/2009 22:51

Va falloir faire aussi bien l'an prochain. Enfin une bodég' qui se bouge et sympa !

Odile 28/07/2009 12:06


Merci !!!
La mise en ligne des photos tarde un peu... beaucoup... pas encore passionément. C'est l'heure de l'après, un autre registre bien plus administratif et logistique. J'en profite pour un appel du
pied : hé ! festayres photographes, on attend vos clichés ! (trajectoires@neuf.fr)



Le Déboussolé 21/07/2009 22:11

Wouah, un article qui sent l'Amour et la sueur ...Bonne dernière à tous !