Entrepreneur, ça fatigue forcément !

Publié le par Trajectoires

Gloups, arrgh, umfgrrr ! Quand une chose est faite, il faut penser à la suivante, pendant qu'une chose se fait, il faut continuer de penser aux autres. Seulement 24 heures par jour et une montagne de gros détails à régler. Mais qui nous a fourrés dans un calendrier pareil ?!

C'est super, les phases avant-projet. On CONCOIT. On envisage, on prévisionne, on se réfère, on s'élargit.

C'est super vrai, la réalité. On AGIT. On se cogne, on avance, on s'enthousiasme, on gagne, on entend plein de trucs, on change de route mais pas de cap.

C'est ça, le truc de l'entrepreneur : être confronté en permanence à la nouveauté ou à l'inattendu, regarder la bosse, chercher comment la dépasser ou en faire un atout, apprendre ... et continuer.
Changer de route mais pas de cap.


Au sein de Trajectoires, on bannit les "arbres des causes" quand ça n'est pas l'heure : vous connaissez ?
Une schématisation du problème qui permet d'éviter qu'il ne se reproduise.
Je sens que c'est vague !
Un exemple : mon gamin tombe de la balançoire. Recherchons les causes pour les corriger.

- il se tenait mal assis = trouver un psychomotricien qui va gérer le trauma + l'assise
- je ne lui ai pas bien appris à s'assoir parce que quand il était petit, je l'attachais toujours à sa chaise = remettre en question mes pratiques
- c'est le pédiatre qui m'avait mise en garde sur les accidents ménagers = négocier une indemnité avec le pédiatre, utiliser police d'asurance défense-recours
- mais la balançoire n'était pas stable (Dans l'arbre des causes, il faut toujours ramifier...) = faire vérifier toutes les balançoires de France
- c'est à cause du cantonnier qui l'a positionnée sur une bosse = impliquer la responsabilité civile du cantonnier
- le fabricant ne lui avait pas dit de chercher un plat = attaquer en justice le fabricant
- c'est aussi arrivé à mon neveu = Faire interdire toutes les balançoires en France.

Publié dans Extra

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Odile 27/05/2010 10:06



       



Patrick 27/05/2010 09:34



Bonjour consoeur ! On reconnaît bien là la consultante ultra-pieds-sur-terre mais qui ne se prive pas non plus de son humour. Ils ont de la chance, ces jeunes, d'avoir ce luxe de pouvoir piger
quelques déviances de notre monde qui se veut hyper analytique, hyper structuré, hyper dans la maîtrise, hyper dans la ... rationnalité (!). Sûr qu'un de ces quatre matins, ils se féliciteront
d'avoir bossé avec toi sur des projets.